15 au 24/10 : le Tour de France touche à sa fin…

  1. Accueil
  2. Carnet de voyages
  3. 15 au 24/10 : le Tour de France touche à sa fin…

[su_carousel source= »media: 9257,9263,9260,9266,9269,9272,9275,9278,9281,9287,9284″ limit= »30″ link= »lightbox » height= »400″ title= »no »]

Après notre fabuleux séjour aux Cabanes des Grands Lacs, nous avons passé un moment de qualité chez Fabienne et Yves, où nous avons découvert avec joie les mouvements de transition. Puis Nancy et sa place Stan’, Fère en Tardenois, son château, ses hobbits et ses cabanes, la Thiérache et une immersion dans l’univers tzigane, le retour en ville à Valenciennes puis Lille, et … un changement de plans !

[one_half]

Chez Fabienne et Yves, tout semble plus doux. Nous les avions contactés sur les conseils de leurs amis Colette et Bruno, chez qui nous avions séjourné au Chant de l’Eau. Ils nous avaient dit oui les yeux fermés. Cependant, leur gîte Panda étant occupé sur les dates de notre passage, c’est chez eux qu’ils nous accueillent, dans la chambre de leur fille, fraîchement envolée du domicile familial.

[/one_half] [one_half_last]

Nous avions échangé quelques emails avant notre arrivée, et Fabienne semble particulièrement active dans sa vallée. Elle nous a déjà conviés à la visite d’une ressourcerie et à une réunion de travail sur la réintroduction du stop dans la vallée par le biais de Transistop. Quel programme, nous sommes enchantés !

[/one_half_last] [box type= »note » ]

C’est après de brèves visites de Belfort et Colmar que nous arrivons à Breitenbach, en pleine vallée de Munster. Nous sommes reçus chez Fabienne et Yves comme de vieux amis. Fabienne et Yves, c’est un couple super sympa, remplit de sagesse et de douceur, avec qui échanger fut un pur plaisir.

[/box]

Ainsi, nous avons découvert :

  • Les mouvements de transition : à l’origine de cette initiative, le pic pétrolier et une nécessité d’apprendre à vivre autrement, sans dépendances à l’or noir. Depuis, les mouvements de transition se sont élargis à une problématique plus globale suite aux changements climatiques notamment : avancer vers une société plus résiliente, c’est à dire une société capable de résister aux crises économique et/ou écologique.
  • Transi stop : la Vallée de Munster en transition a souhaité remettre au goût du jour l’auto stop en créant un réseau d’usagers, afin de faire tomber les barrières et les craintes. Ainsi, conducteurs et auto-stoppeurs reçoivent un pouce orange, attestant leur inscription au réseau.

[box type= »note » ]Pour tout ça, nous avons prolongé notre séjour de quelques jours, parce que chez Fabienne et Yves, on se sent bien 🙂 …[/box] [one_half]

Mais il a tout de même fallu se mettre en route et comme le hasard fait souvent bien les choses, le patron d’Yves se rend à Nancy, notre destination, le jour de notre départ. Les choses sont bien faites quand même.

A Nancy, nous dormons chez Martin, que nous avons connu grâce à TWAM (comment ça vous ne connaissez pas encore TWAM ? Allé, session de rattrapage ici) et qui nous a gentiment proposé de nous accueillir.

Mardi 21 octobre 2014. Nous arrivons à Fère-en-Tardenois, où nous avions réservé une nuit dans un 5* (on vous expliquera), labellisé la Clef Verte. Les ruines du château sont magnifiques, la bâtisse superbe, le cadre idyllique. Cependant, déception, l’engagement tourisme responsable n’est pas vraiment leur maître mot. Nous nous réjouissions de voir comment une démarche responsable se traduisait dans un établissement d’un tel standing… et bien nous ne le découvrirons pas cette fois !
Le lendemain, Valérie (propriétaire de notre étape suivante), nous conseille de nous arrêter au Nid dans Les Bruyères, à Fère également. Et bien nous aurions mieux fait de dormir ici !

De rigolotes cabanes de hobbits à moitié sous terre, des cabanes sur pilotis avec des escaliers « pont-levis » et une équipe super accueillante et chaleureuse !

[/one_half] [one_half_last]

Notre passage est cette fois-ci éclair, mais nous espérons grandement revenir !

C’est après cette trop brève visite qu’Agathe, une des associés du Nid dans Les Bruyères nous emmène pour un bout de chemin. Nous entamons alors notre traversée de l’Aisne et de la Thiérache. Usines désaffectées, villages à moitié vides, la désindustrialisation de ce petit bout de France nous arrive en pleine face. Cependant, le bocage reste très beau et les gens sont très sympas, ce qui nous permet d’arriver sans encombres à Prisches, où nous dormirons chez Valérie, à La Cense Lignière.  Après une pause café au Café des Sports, nous entamons à pied les quelques kilomètres qui nous séparent de notre destination.

Valérie et Bernard nous accueillent bras ouverts et nous installent dans leur merveilleuse roulotte tzigane. Un véritable voyage. Cette roulotte a été conçue sur mesure en Roumanie avant d’être ramenée dans le Nord. Toute équipée, salle de bains et cuisine comprises, c’est un vrai petit appartement avec un coin lit délicieusement douillet.

[/one_half_last]

[box type= »note » ]Après un dîner riche en échanges sur le tourisme responsable, son wording et son application, nous allons donc nous lover dans notre roulotte, avec comme voisins l’ânesse Violette et les moutons.[/box] [one_half]

Un copieux petit déjeuner plus tard, Bernard nous pousse jusqu’à Landrecies où nous trouvons une voiture sous peu.
Le stop ce matin là est d’une efficacité légendaire. Grâce à Edith, Denis et Lucile, nous arrivons à Valenciennes pour l’heure du déjeuner.
Valorie, une étudiante valenciennoise fort sympathique, nous conseille d’aller déjeuner à L’Endroit, pas trop cher et super burger. C’est donc repus que nous reprendrons la route direction Lille avec Caroline, qui passait par là, où nous rendons visite à la coloc’ de Mahery, du temps où il était en école de commerce à Angers (on taira le nombre d’années qui nous séparent aujourd’hui de cette légendaire collocation angevine…).

Mais revenons quelques heures en arrière. Nous avons fait face à une grosse problématique : les vacances de la Toussaint ! Le tour de France se termine par la Baie de Somme et en cette periode, tous les établissements sont complets. Ils acceptent tous de nous recevoir quelques heures avec grands plaisir mais ne peuvent malheureusement pas nous accueillir cette fois-ci car complets !

[/one_half] [one_half_last]

Que faire ? Il faut dire qu’en plus de cela, nous sommes relativement fatigués (ou même complètement sur les rotules pour être tout à fait honnête) donc beaucoup moins efficaces dans nos travaux et sans doute un peu moins intéressants dans nos rencontres. Nous actons donc que le plus sage serait sans doute de rentrer à Paris après Lille, pour retourner en Baie de Somme une fois reposés et les vacances de la Toussaint passées.

Vendredi 24 octobre 2014. Nous quittons donc Lille en covoiturage pour atterrir à Paris dans l’après-midi. Et… ça fait tout drôle ! Vous la connaissez cette sensation de retour de voyage, quand on a l’impression de ne jamais être parti mais aussi l’impression d’être parti des années… Autant vous dire qu’après 4 mois à découvrir la France, on ne sait plus trop où sont nos pieds et où est notre tête.

[/one_half_last]

[box type= »note » ]C’est donc après 4 jours de vacances où repos, famille, et je-ne-fais-rien furent les maîtres mots que nous nous remettons en selle, plus motivés que jamais ! Au programme : la Baie de Somme, un colloque interrégional Ecolabel à Bordeaux, un webdocumentaire en production, une conférence à Bruxelles, et une mission bretonne.[/box]

Et pour 2015, on vous en reparlera … 🙂 !

Catégories

Derniers articles

Je réserve !