Deux semaines de travail intense autour d’une problématique de rêve : passer de l’auberge dans un cadre idyllique à un « éco-lieu ». Deux semaines de partage et d’échanges avec des gens merveilleux. Deux semaines inspirantes où Hopineo s’ancre encore un peu plus dans la réalité, où l’on affine, si ce n’est la direction, le chemin…

[1ère partie : l’atterrissage à La Rhonie.]

A l’écoute des sens, de soi.

[one_half]

Tout a commencé en mars 2014, quand Marie-Rose Ampoulange reçoit un mail de Justine qui présente Hopineo. Comme elle le dit elle-même, elle « ouvre » ce mail et y répond, « par intuition, par instinct ». Début avril, elle nous invite au Domaine de La Rhonie à l’occasion de la semaine du développement durable.

[/one_half] [one_half_last]

Le lundi suivant, c’est elle qui venait à Paris pour un séminaire et en profitait pour nous rendre visite dans notre quartier d’alors, au Panthéon.
Vous savez ce que c’est ces rencontres qui marquent, ces espèces de coups de foudre qui, on le sait ou on le sent dès le départ, s’inscriront dans le temps ?

[/one_half_last]

[box type= »note » ]Bref, ce lundi soir quand Marie-Rose descend la rue Soufflot pour prendre un taxi, notre amitié était née.[/box]

Changement de mission, changement de plan ! 

[one_half]

Lorsque nous arrivons le 26 juillet, nous sommes impatients d’en découdre. La Rhonie, Marie-Rose, Serge… ces deux semaines sont pour nous une étape phare de notre tour de France, que nous avions en ligne de mire depuis le départ. D’abord parce que c’est la première fois que nous restons aussi longtemps au même endroit. Ensuite parce que Marie-Rose et Serge sont des gens merveilleux (ça fait gnangnan, mais on ne trouve pas d’autres mots) qu’il nous tardait de revoir, et que le domaine de La Rhonie est un de ces lieux que nous adorons. Enfin parce que la  

[/one_half] [one_half_last]

thématique sur laquelle nous pensions travailler nous excitait au plus haut point. Mais ce 26 juillet, passée l’émotion et la joie des retrouvailles, Marie-Rose nous explique ce qu’elle attend. Ce n’est pas la mise en place d’une offre de formation à l’agritourisme ou à l’écotourisme. Elle dit espérer ne pas nous décevoir… elle est rigolote ! (c’est précieux 😉 En lieu et place de ce qui était prévu, les propriétaires du domaine souhaitent que l’on planche plus profondément sur le développement de l’activité.

[/one_half_last]

[box type= »note » ]Objectif : formaliser toutes leurs idées, leurs envies, et en étudier avec eux la faisabilité, depuis le concept même de l’offre jusqu’à la façon de l’animer, de la promouvoir et de la commercialiser. Enfin en fait ce n’est pas vraiment formulé comme ça, mais c’est ce que nous entendons.[/box]

Nous gambergeons d’emblée et posons les bases : « Comment passer d’un hébergement dans un cadre unique, à un éco-lieu phare de l’éco-tourisme en Dordogne, en France voire au delà ? ».

Et dans un certain sens, la pression monte d’un cran. Nous n’avons que deux semaines…

Catégories

Derniers articles

Je réserve !

Menu