Il y a peu s’est déroulée la COP21, sujet sur lequel je ne m’étalerai pas parce que ce n’est pas le lieu. Par contre, je vais te parler de la CUP21, qui elle, est une vraie sauveuse de planète ! Chère lectrice, cet article est pour toi. Cher lecteur, tu peux passer ton chemin (sauf si vraiment t’es curieux).

En vrai la CUP21, c’est la cup, la coupe menstruelle quoi (cher lecteur, je t’avais prévenu). Mais CUP21, je trouvais ça plus rigolo, (merci à Lui pour ce super jeu de mots).

Tout d’abord, laisse-moi te la présenter cette CUP21. Une cup, ça ressemble à ça :

CUP

Les formidables atouts de la CUP21

  • En silicone chirurgicale (donc sauf si tu es allergique au silicone – et encore je crois qu’il y a des alternatives – pas d’intolérance, d’irritations ou de déséquilibre – à l’inverse des tampons).
  • Pas d’odeur (ben oui, sans présence d’oxygène, pas d’odeur, comme pour les tampons).
  • Elle ne se voit pas (pas de problème pour la piscine ou la plage, même si t’es naturiste).
  • Elle coûte pas chère (à ce jour, une vingtaine d’euros à renouveler tous les 10 ans contre 192€ euros pour les tampons sur une même durée !).
  • Elle se fait discrète (si elle est bien mise, tu ne la sens pas).
  • Tu peux la garder jusqu’à 12h (trop pratique, notamment en voyage !).
  • Elle ne prend pas de place (aujourd’hui, je pars pour 5 mois en Afrique de l’Ouest. T’imagines le stock de tampons que j’aurais dû prendre ?!)
  • Elle est écolo ! Fini les montagnes de déchets de tampons et de serviettes !

Les inconvénients de la CUP21 (qui n’en sont plus vraiment après quelques utilisations, tu verras)

  • Il faut être à l’aise avec son corps (si tu n’as jamais utilisé de tampons sans applicateurs, il va sans doutes te falloir une petite période d’adaptation).
  • Il faut être à l’aise avec la vision du sang (bah oui, pardon, je sais que c’est pas glam mais c’est la réalité des choses).
  • Il faut toujours avoir un peu d’eau propre avec soit pour pouvoir la rincer.

Bon, mais en fait, pour achever de te convaincre, je t’invite à regarder cette superbe vidéo rigolote, qui te dis tout, et t’explique même comment ça marche (merci Madmoizelle) !

Tu verras, l’essayer, c’est l’adopter. Promis. C’est trop bien.

Pour l’entretien de ta CUP21

A la fin de tes ragnagnas (c’est comme ça qu’on dit en internetement correcte non ?), tu as deux options :

  • Soit tu la fait bouillir dans une casserole (en faisant attention qu’elle ne touche pas les bords sinon elle fond) pour la désinfecter, avant de la ranger dans sa petite pochette, prête à la prochaine utilisation.
  • Soit, comme certain-e-s seront un peu dégouté-e-s de réutiliser une casserole qui a servi à ça pour faire cuire leur quinoa et que condamner une casserole pour ça, c’est un peu les boules (t’imagines dans ton placard à casseroles, une casserole avec une étiquette « casserole à cup » ?), tu peux utiliser un bocal (sur lequel tu peux mettre une étiquette « bocal à cup » pour être sûre de ne pas te tromper), dans lequel tu mets un peu de bicarbonate de soude et de l’eau bouillante (et éventuellement une cuillère de vinaigre blanc) avant d’y plonger ta cup et de refermer le couvercle du bocal pour quelques heures, avant de la ranger dans sa petite pochette, prête à la prochaine utilisation (moi je la rince à l’eau quand même avant, juste au cas où). (merci La Maison, Le Corps et L’esprit pour l’astuce)

Alors, convaincu-e  ? (cher lecteur, si t’as lu jusqu’au bout, bravo, je t’invite maintenant à partager cet article à ton entourage féminin !)

Toi aussi t’as adopté la cup ? Partage ton expérience ci-dessous !

Tu as aimé cet article ? Partage-le !

Catégories

Derniers articles

Je réserve !

Menu