31 janvier 2014, 8h23. Nous quittons notre appartement direction la gare Montparnasse. 20 minutes de marche, 10 minutes d’attente, 2h d’IDTGV et nous voilà dans l’une des capitales historiques du duché de Bretagne, première étape de nos études Hopineo. Emotion…

Nous profitons de nos week-ends pour rendre visite à des structures d’hébergement engagées dans le tourisme durable. Notre objectif est de rencontrer les gérants ou propriétaires pour :

  • mieux connaître le secteur,
  • relever et compiler leurs bonnes pratiques, savoir-faire et innovations,
  • apprendre de leur expérience
  • et affiner avec eux les quelques idées que nous avons en tête pour notre changement de vie, qui sera résolument tourné vers la responsabilisation de l’activité touristique.

En bref, nous allons à l’école du tourisme responsable !

Après une petite demi-heure de marche qui nous offre un bref aperçu de la ville et de ses « vélo Star », nous arrivons à destination.

L’Hôtel Lecoq-Gadby est une institution hôtelière 4 étoiles de plus 100 ans, appartenant à Véronique Bregeon depuis plus de 20 ans. Depuis toujours engagé dans le développement durable, l’établissement fût le premier à bénéficier de l‘eco-label en France.

L’hôtel est composé d’une partie ancienne, appelée à juste titre « Tradition »…, bâtisse qui donne sur la rue, et d’une partie construite en 2008, nichée dans l’arrière-cours, écoconçue jusqu’au bout des ongles ; ou plutôt jusqu’au bout de son spa !

A peine prenons-nous possession de notre chambre que nous constatons les premières bonnes pratiques de l’hôtel, des distributeurs de savon (en lieu et place de savons emballés qui ne sont jamais utilisés en entier) aux petites notes déposées sur les serviettes, en passant par les panneaux solaires, le jeu CoqEthik et la pub pour le festival culturel Les Coquecigrues.

Rendez-vous est pris à 14h30 pour rencontrer Véronique Bregeon, qui nous accueille avec plaisir. Nous passons ensemble un peu plus de 2h à échanger nos points de vue et à sonder son intérêt pour Hopineo.

Mme Bregeon nous explique d’abord que, si elle et son mari sont des convaincus engagés depuis plus de 20 ans, la valorisation des engagements « écolo » de son hôtel l’ont longtemps desservie. Ce n’est pas la première fois qu’on nous dit ça ! Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, nombreux étaient les clients, surtout dans les établissements hauts de gamme, qui mettaient sur le dos de l’écologie tous les « défauts » de l’hôtel… « On a froid dans les chambres parce que l’hôtel économise le chauffage », « Il fait trop sombre à cause des ampoules basses consommation », etc. Dans un autre registre, nous avons déjà entendu le service d’un restaurant critiqué sous prétexte que les employés étaient en insertion…

Bref, nous convenons ensemble que tout cela tend à changer, d’abord parce que les mentalités évoluent, ensuite, faut-il l’avouer, parce que les technologies et produits dits « écolo » s’améliorent à grande vitesse ; et l’innovation environnementale et sociétale s’accélère. Tant mieux !

A la fin de nos échanges, nous faisons le tour du propriétaire, portant une attention toute particulière aux bonnes pratiques mises en place dans l’hôtel. Avant de nous laisser, Mme. Bregeon confirme son intérêt pour nos voyages et accepte de nous recevoir une semaine cet été pour lui donner un coup de main, notamment sur la communication de l’hôtel et la valorisation de son positionnement haut de gamme à travers ses nombreux engagements.

En bonus, elle nous annonce qu’un journaliste de NeoPlanète, à qui elle a touché deux mots de notre projet, souhaite nous rencontrer pour en savoir plus…

C’est donc remontés à bloc, nourris de ces encouragements, que nous achevons ce week-end et en rédigeons le présent compte-rendu. Samedi prochain, nous partons pour Erquy, non loin de Saint-Malo, dans une chambre d’hôtes en bord de mer…

Quelques bonnes pratiques de l’Hôtel Lecoq-Gadby :

Catégories

Derniers articles

Je réserve !

Menu