Hopineo dans les Alpes (2) : le projet fou d’Elisabeth

  1. Accueil
  2. Carnet de voyages
  3. Hopineo dans les Alpes (2) : le projet fou d’Elisabeth

Le tourisme durable dans les Alpes…

Dimanche, après notre entretien au chalet Les Blancs et une petite heure de promenade dans la neige pour retrouver le cœur de la station et les navettes pour Barcelonnette, nous nous décidons à tenter le stop. Première expérience réussie ! C’est top !!

C’est vers 15h30, sous de chauds rayons de soleil, que Luc, notre « auto-stop-dépuceleur » (passez-nous l’expression),  nous dépose en bas de la route de Méolans-Revel, où Elisabeth et Frédéric Millet ont installé leur chambre d’hôte, les Méans.

500 mètres à parcourir avant de rejoindre le hameau des Méans, et de faire la formidable rencontre d’Elisabeth, qui nous fait patienter avec un goûter fait maison et bio avant de se prêter à notre étude, puis de nous mener vers notre chambre. Pour la petite anecdote, ayant eu quelques réservations dans l’intervalle, Elisabeth (Babette pour les intimes) nous demande si ça ne nous dérange pas de changer de chambre, d’autres clients ayant réservé pour plus longtemps la chambre initialement prévue pour nous. Nous héritons donc finalement d’une suite magnifique, nommée « Alpages », où nous séjournerons tels une reine et son roi au pied des montagnes.

Elisabeth est installée aux Méans avec son mari depuis un peu moins de 25 ans, après quelques années passées en Savoie. Ultra dynamique, positive et engagée, elle a retapé la grande bâtisse de l’ancienne ferme templiers et a obtenu il y a quelques années le label La Clef Verte, qu’elle a bien du mal à maintenir faute de temps pour remplir la paperasse.

Si les labels sont nécessaires pour que les touristes s’y retrouvent, et les organismes certificateurs utiles pour guider les établissements dans la responsabilisation de leur activité, ils sont effectivement particulièrement énergivore d’un point de vue administratif. Il y a fort à parier qu’il y a quelque chose à faire pour rendre certains labels plus accessibles, notamment pour les petites structures comme Les Méans, où Elisabeth gère seule l’ensemble de l’activité. Malheureusement, elle envisage de laisser tomber cette certification l’année prochaine car ne dispose pas de tout le temps qu’elle souhaiterait pour se conformer à ces fameuses exigences administratives.

Le temps, c’est également ce qui lui manque pour mener à bien un nouveau projet un peu fou, qu’elle nous livre sur la fin de notre entretien. Deux ans auparavant, elle a sauvé de la ruine une bergerie située à 6 km des Méans., dans les alpages. Avec ses 7 Ha de terrain, elle la loue l’été à une bergère ; ce qui, en plus de rendre service, lui permet d’entretenir le terrain à moindre coût.
Cette bergerie, elle souhaiterait en faire un nouveau lieu d’accueil le plus autonome et responsable possible. Petit détail qui a son importance, elle se trouve à 45 minutes de marche de la fin de la route goudronnée…

Nous sautons sur l’occasion pour lui proposer de repasser cet été, lors de notre tour de France, afin de monter un concept, d’en mener l’étude de faisabilité et de coûts, voire d’en modeler le plan de financement. C’est pile poile dans nos compétences, et cela nous permettra de découvrir tout ce qui se fait de bien dans sa région en terme de bonnes pratiques durables. Petit problème cependant, la chambre d’hôtes d’Elisabeth n’étant pas en station, pour elle, l’été, c’est la haute saison. Nous mettre à disposition une chambre s’avère donc difficile. Qu’à cela ne tienne ! Nous irons là haut, à 1700 m d’altitude, dans la bergerie, vivre en autarcie pendant une dizaine de jours avec un âne, voire des chevaux que nous louerons. Sont déjà présents une citerne d’eau et un générateur électrique qui, associé à nos ordinateurs et téléphones, nous permettra d’avoir internet et de travailler sur son projet. Un rêve de gosse pour nous !

A bientôt Elisabeth… et merci pour l’accueil !

En repartant le lundi, nous nous essayons à nouveau au stop, avec la même réussite que la veille. Cela nous permet de rencontrer Valéry, qui s’est installé non loin de Barcelonnette avec famille et lamas. Il va entamer une activité touristique avec les lamas cet été et souhaite transformer sa maison en chambre d’hôtes pour l’été 2015. Nous le mettons en relation avec Elisabeth et l’éclairons du peu que nous connaissons de la vallée de l’Ubaye et des dispositifs qu’elle promeut, avant de prendre rendez-vous pour notre tour de France de cet été pour lui donner un coup de main au démarrage…

Encore un week-end instructif et fructueux à plus d’un titre pour Hopineo. Il nous tarde de nous mettre sur le projet à plein temps et de nous confronter pour de bon à ce que nous appelons l’école du tourisme durable.

Affaires à suivre…

Catégories

Derniers articles

Je réserve !

Menu