Non, non je ne vais pas te parler dans cet article d’une eau pommée, complètement perdue dans sa vie, qui ne sait plus où elle va, et qui cherche par tous les moyens à retrouver le droit chemin… ! Je vais te parler d’un petit truc tout simple pour utiliser tes déchets de pomme.

Moi par exemple, je fais beaucoup de compote (parce que Mahery adore ça le matin, et que moi c’est bon pour mon bidon fragile). Pour faire de la compote, il faut enlever la peau et le centre de la pomme. En tout cas, c’est comme ça que je fais ma compote. Et comme j’habite chez Mon P’ti Pote (notre camping-car), je ne peux pas faire de délicieuse chips avec mes épluchures de pommes ; parce que chez Mon P’ti Pote, il n’y a pas de four.

Alors pour le moment, on est dans le jardin de La Borderie de La Marchaizière (une maginifique chambre d’hôtes en Vendée !), à côté de l’âne Charly, et de ses copines les chèvres. Du coup, c’est souvent eux qui s’en régalent.

Mais l’autre alternative, c’est l’eau pommée !

L’eau pommée ?

En fait, c’est vraiment tout bête. Je mets mes épluchures et mes trognons de pommes dans une casserole, je rajoute de l’eau, et je fais bouillir quelques minutes (genre 5 environ je crois).

Après, je filtre avec un filtre à café permanent (qui me sert aussi à faire mon lait végétal, et bientôt mon kéfir) et hop ! je mets ma bouteille au frais (oui oui, on n’a pas de four mais on a quand même un petit frigo chez Mon P’ti Pote).

Ça me donne une délicieuse eau pommée !

Alors bien sûr, il vaut mieux prendre des pommes bios parce que sinon c’est pas une eau pommée avec laquelle tu vas te retrouver, mais une eau pesticidée !

Voilà, c’est un bien court article mais en même temps, tu sais ce qu’on dit des longs discours… Et puis je voulais quand même partager avec toi parce que je trouve ça sympa 😀 !

(PS : je n’ai pas dit que j’avais inventé le fil à couper le beurre :D)

Crédit photo : Gerwin Filius.

Catégories

Derniers articles

Je réserve !

Menu