Cette semaine, du 19 au 27 novembre 2016, c’est la semaine européenne de la réduction des déchets (#SERD pour les intimes…). Cette semaine a pour vocation de sensibiliser tout un chacun à sa production de déchets. Car le meilleur déchet, c’est celui qu’on ne produit pas 🙂 ! Du coup, pour cette semaine zéro déchet, j’ai décidé de partager avec vous nos petits pas pour le zéro déchets ; pour montrer que c’est facile ; mais aussi pour montrer que personne n’est parfait :D, et que c’est pas grave.

Le zéro déchets, c’est quoi ?

Bon, le concept de « zéro déchets », en vrai, ça fait bien longtemps que ça existe (d’ailleurs, peut-on vraiment appeler ça un concept ?). Pour preuve, l’association Zero Waste France (Zéro Déchets France en français) existe depuis plus de 20 ans !

Mais depuis quelques année… en fait, depuis la sortie du bouquin de Bea Johnson je crois (« Zero Waste Home » – Maison Zéro Déchets en français) en 2013, le zéro déchets s’invite sur tous les blogs, les chaines Youtube et autres. Et c’est tant mieux !

Donc le « concept » est simple : nous produisons (pour la plupart) bien trop de déchets, suite à une vague de consommation à gogo, et il est temps d’y remédier. Et en l’occurrence, c’est pas bien compliqué de faire les premiers pas. Allé viens, j’te montre !

Le zéro déchets par l’exemple

Bon, je préfère annoncer la couleur, on est loin d’être des spécialistes en matière de gestion des déchets. On n’est pas encore taquet avec nos tupperwares quand on va chez le boucher ou le fromager ; on ne fait pas de chips avec nos épluchures de patates (en même temps, sans four, c’est pas facile) ; on achète encore plein de trucs avec des emballages ; … Mais plutôt que de voir ce qu’on fait pas bien, concentrons-nous sur ce qu’on a facilement mis en place, que tu pourras reproduire chez toi, si ce n’est pas déjà fait :).

1. Le vrac

De plus en plus de magasins propose la vente en vrac. Pour ça, il faut faire des courses avec des petits sacs à vrac ; que tu peux relativement facilement coudre toi même (ou demander à un-e copain-ine de t’en faire – je me ferais un plaisir si tu veux :D) ou même en acheter en magasin (beaucoup de magasins bio en proposent). Quelques exemples de produits facilement achetable en vrac : les fruits et légumes, les céréales, les pâtes, le riz, le café, les fruits secs.

Après, une fois rentré-e chez toi, tu transvases tout ça dans des petits paniers (que tu peux fabriquer en crochet, en bois, en carton de récup’,…) ou dans des bocaux en verre (que tu peux acheter, ou récup).

2. Consommer moins pour moins jeter

Ben oui, c’est mathématique : moins tu achètes, moins tu as besoin de jeter (à moins que tu gardes tout mais t’as intérêt à avoir une sacrément grande baraque).

Alors avant d’acheter quelque chose, réfléchis si tu en as vraiment besoin ; si tu n’as pas déjà quelque chose chez toi qui a le même usage. Ça veut dire aussi éviter d’acheter en masse par peur de manquer (qu’on se rassure, les magasins ne fermerons pas tous demain).

En plus, en possédant un peu moins, tu te libères vachement l’esprit. Je t’assure, on habite dans un camping-car de 12m² et pourtant on n’a vraiment pas l’impression de manquer de quoique ce soit (et pourtant, tu aurais vu tout ce qu’on pouvait avoir dans notre ancien appart’, c’était pas triste !).

3. Acheter en gros

Tu consommes beaucoup d’huile d’olive ? Achète des bidons de 3 ou 5L plutôt que des bouteilles à l’unité. Non seulement ça fait moins de déchets, mais en plus ça te fait faire de sacrées économies !

Pareil pour le vin ou le jus de pommes. Alors oui, je te l’accorde, quand tu as des invités, poser le cubi à table, c’est pas super classe. Mais tu n’as qu’à recycler une ancienne bouteille de limonade, ou au pire investir dans une belle carafe, et hop, le tour est joué !

C’est aussi valable pour le riz, le café, la lessive (ah non, celle-là, tu peux la faire toi-même, voir point 6.),…

4. Composter

En France, les déchets organiques représentent en moyenne 30% des déchets. Or, les déchets organiques sont pour la plupart compostables. Je ne vais pas te faire ici un cours sur le compost parce que ce serait un peu long et je suis loin d’être la plus qualifiée, alors si ça te tente, tu peux aller jeter un œil sur ce site par exemple.

Si c’est trop compliqué pour toi de faire ton propre compost, saches que certaines villes ou villages ou même hameaux ont déjà développé des filières de compostage. N’hésite pas à te renseigner auprès de ta mairie.

5. Éviter l’usage unique

Voici quelques exemples d’usages uniques de notre quotidien qui peuvent aisément être remplacés :

  • Les cotons –> des cotons réutilisables, que tu peux faire toi-même ou acheter en magasin.
  • Les cotons-tiges –> l’oriculi (quel drôle de nom !) qui en plus évitera la formation de bouchon …
  • Les protections féminines (serviettes, tampons,…) –> la cup ! A découvrir absolument si tu ne connais pas, ça va te changer la vie (encore plus si tu es voyageuse !).
  • Les essuie-tout –> des torchons, des vieux t-shirts, des microfibres, des serviettes en tissu, … en fonction de l’usage.
  • Les éponges –> en te fabriquant un tawashi (en plus c’est rigolo à faire !).

6. Faire soi-même

Ça aussi c’est en vogue en ce moment : le DIY ; comprendre Do It Yourself ; comprendre fais-le toi-même.

Alors c’est valable pour les cosmétiques ou les produits ménagers (tu trouveras plein de recettes sur ce blog) ; mais c’est aussi valable pour :

  • Les repas : tu peux acheter des cookies ou… les faire toi-même ; tu peux acheter de la sauce tomate ou… la faire toi-même ; tu peux acheter ta compote de pomme ou … la faire toi même. Je m’arrête là ?
  • La couture, le tricot, le crochet,… : ben oui, ça revient à la mode, et c’est vrai qu’on peut faire plein de trucs, même pour des gens comme moi qui ne sommes clairement pas experts !
  • Des objets décos et/ou utiles en tout genre avec des trucs tout simples (genre un tapis de bain avec des chutes de vielles serviettes, des petits bonhommes avec des vielles chaussettes ou même des rouleaux de papier toilettes…
  • Mais aussi les meubles : c’est fou ce qu’on peut faire avec des vielles palettes, des chutes de bois, des pneus, des détournements d’anciens objets,…
  • Et plein plein d’autres choses, internet regorge de bonnes idées !

7. Réparer, partager et/ou acheter d’occasion

Votre ordinateur ne fonctionne plus ? Essaye de trouver un copain (ou à défaut une boutique) qui s’y connait un peu. Ça te coûtera moins cher et ça évitera des déchets lourds d’être produits… Je donne l’ordinateur en exemple mais c’est valable pour tout un tas d’autres trucs, du four à la chaise de jardin.

Votre avez besoin d’une perceuse mais ne vous en servirez que 2 fois par an ? Je suis sûre que votre voisin aussi. Si vous lui demandiez pour en acheter une en commun ?

Enfin, vous rêvez d’un canapé en cuir ? Plutôt que de l’acheter neuf une fortune, achetez-le d’occas. Non seulement ça vous coûtera moins cher, mais en plus il sera déjà patiné 🙂 ! Sans le marché de l’occasion, on ne pourrait pas trop se permettre d’habiter dans notre super camping-car à l’heure actuelle 😀 (entre 40 000 et 150 000€ neuf…).

Voilà les quelques pistes de réflexion, que nous pratiquons, pour produire moins de déchets. Il y en a plein d’autres, n’hésite pas à les rajouter en commentaires.

J’espère que cet article t’aura été utile, n’hésite pas à le partager autour de toi.

Et tu l’auras compris, le zéro déchets, ce n’est pas seulement un concept, c’est aussi une nécessité et surtout, un super moyen pour toi de faire des économies tout en t’éclatant 🙂 !

Alors bonne éclatade et à bientôt !

Catégories

Derniers articles

Je réserve !

Menu