Ça fait un moment que je veux écrire cet article, et que j’arrête pas de le remettre au lendemain en me disant que ça va me prendre un moment. Et puis ce matin, je me suis rappelée d’une chose : qui peut le moins peut le mieux. Donc non, cet article ne sera pas tout de suite complet, il le sera peut-être jamais, mais il aura le mérite d’exister, et c’est important pour moi de partager ces réflexions avec toi !

L’utilisation des huiles essentielles

Quand j’ai découvert les huiles essentielles, j’ai trouvé ça trop cool ; ça sent bon, ça a plein de propriétés, trop d’la balle !

J’ai donc, en bonne p’tite pote que je suis, testé et partagé tout plein de recettes de cosmétiques et produits ménager maisons avec des huiles essentielles.

Et puis au fur et à mesure, j’en ai appris toujours un peu plus sur ces huiles précieuses :

  • Les fortes chaleurs leur font perdre leurs propriétés car cela modifie leur formule chimique et dénature les molécules qui la compose
  • Certaines peuvent s’avérer dangereuses pour et dans certaines conditions
  • Certaines ont des effet hormones-like, certaines sont photosensibles
  • Certaines sont nocives pour la faune marine
  • Il faut souvent plusieurs kilos de plantes pour produire quelques millilitres (à titre d’exemple, pour produire un litre d’huile essentielle de Mélisse, il faut 7 tonnes de feuilles !)

Et puis en échangeant avec un copain qui fabrique hydrolats et huiles essentielles (Yohan Musseau, en Sud-Gironde, super produits 🙂 !), je me suis rendue compte qu’il était en effet un peu dommage par exemple de mettre des huiles essentielles dans la lessive, dans le cake vaisselle, dans les pastilles lave-vaisselle,… c’était peut-être pas super pertinent. Non seulement ça sert à rien parce que l’odeur ne reste pas, mais en plus potentiellement les propriétés ne sont plus là à cause de la chauffe ET ça vient polluer en sortie…

Conclusion actuelle de mes réflexions

  • J’utilise toujours des huiles essentielles en cosméto et pour les petits maux du quotidiens
  • Par contre, plus d’huiles essentielles dans mes produits ménagers mais plutôt de l’hydrolat. Parce qu’en plus, pour produire de l’huile essentielle, on est obligé de produire de l’hydrolat (quand j’aurai un moment, j’expliquerai la fabrication). Parfois, cet hydrolat est même jeté car non utilisé…
  • Du coup, super astuce pour que le linge sente bon (merci Yohan !) : mettre un peu d’hydrolat dans le bac adoucissant. Ça fonctionne du tonnerre. Parce qu’en plus, ce qu’il y a dans le bac adoucissant est balancé dans le dernier cycle.

J’ai prévenu dans l’intro, cet article ne sera pas complet tout de suite, il s’arrête donc là pour le moment. Si tu veux compléter avec tes reflexions en commentaires, c’est toujours avec plaisir 🙂 !

Et quand je repasserai par là, j’y ajouterai des p’tits trucs.

Belle journée à toi mon p’ti pote !

Catégories

Derniers articles

Je réserve !

Menu