Parce que toutes les bonnes choses ont une fin, le Ghana aura été la dernière étape de ce merveilleux HopTour d’Afrique de l’Ouest ! Et quelle étape ! La découverte d’un paradis, pas mal de « fais-le toi-même » (Do It Yourself, ou DIY pour les intimes) et deux semaines dans un oasis urbain…

Changement de pays, changement de langue, changement de conduite 😉

C’est à pied que nous avons passé la frontière entre le Côte d’Ivoire et le Ghana, notre dernier hôte ayant eu la gentillesse de nous y déposer en voiture. C’est toujours un peu impressionnant les frontières… No man’s land, vérification du visa, change de monnaie en évitant de se faire -trop- arnaquer…

Après plus de 30 min de négociations houleuses, un taxi commun nous emmène jusqu’à Agona, où nous faisons la jonction avec notre destination du jour d’un coup de « trotro » (mini-bus collectif). L’occasion de se frotter à l’anglais à la mode ouest-africaine en faisant la conversation avec un vieux villageois qui nous éclaire sur les bourgades traversés, et surtout sur le bon moment pour demander au chauffeur de nous déposer.

[us_gallery ids= »17635,17641,17638″ columns= »3″]

A noter que la conduite des ghanéens semble se distinguer de ses pairs francophones par des prises de risques plus exceptionnelles, et un code de la route effectif plus proche de ce qu’on peut connaître par chez nous ; ce qui n’est pas pour nous déplaire…

HopTrip à Escape 3 Points…

Après quelques petites heures de route, ou plutôt de piste, nous arrivons à Cape Three Points. Nous suivons le petit chemin de terre qui mène au bord de l’eau et découvrons… Escape… (à lire Escape Three Points). Nous sommes accueillis par Akwasi, le propriétaire des lieux, qui est en pleine reconstruction de son bar de plage en bambou.

[vc_empty_space]
Emerveillement, émoi, coup de foudre !

Nous passons les premières heures à nous promener sur le domaine. La plage, le potager, les « cabanes », la rencontre de l’équipe, des clients, les plaques de rue à la française… On se croyait au paradis du tourisme responsable ; ou plutôt au paradis, tout-court !

Tout le monde est super sympa, que ce soient les clients ou l’équipe. Toutes les constructions (les 10 lodges, les toilettes communes, le restau / accueil / coin détente, les hamacs, l’observatoire, le refuge pour les oeufs de tortue…) sont réalisées en matériaux naturels ou recyclés. Toutes ! L’énergie est exclusivement solaire. Toutes les toilettes sont équipées d’un séchoir à compost. Le potager est cultivé en permaculture.

Bref, un laboratoire d’expérimentations diverses et variées pour une vie et une activité touristique… sobres ? raisonnées ? écologiques ? responsables ? respectueuses de l’environnement social ?
En fait un peu tout ça ; mais surtout : heureuse et harmonieuse !

[vc_empty_space]

Dire que nous sommes sous le charme de l’endroit est un euphémisme ! Et que dire de l’homme ?! Akwasi aura été pour nous d’une inspiration folle. Sur le fond et sur la forme, Ketty (sa compagne) et lui nous montrent humblement un chemin qu’il nous tarde d’emprunter. Comme il est mentionné à la fin des vidéos ci-dessus : « It’s only the beginning »

Mais alors, comment peut-on aider ? Quelle(s) mission(s) pour ce HopTrip ?

Après nous avoir avoué qu’il était tombé amoureux de notre démarche, et avait donc accepté notre proposition de troc sans idée concrète de ce qu’on pourrait lui apporter (ça se passe souvent comme ça, en fait), Akwasi nous demande ce qu’on pense pouvoir faire lors de notre séjour… Malheureusement, l’une de nos premières réponses, pour d’obscures raisons de changement de billet d’avion arbitraire par la compagnie aérienne qui devait nous ramener en Europe (on en reparlera de ça !), fut que la durée possible du HopTrip avait diminué. Nous n’avions que 4 jours devant nous.

Il nous a donc proposé de lui faire une liste de recommandations sur ce qu’il pouvait faire à Escape… pour renforcer sa démarche de tourisme responsable.

Ce fut une nouvelle occasion de constater la puissance de l’intelligence collective portée et nourrie par Hopineo. Justine s’est attelée à éplucher les bonnes pratiques référencées sur la plateforme et à sélectionner et lister celles qui pourraient s’implanter relativement facilement dans l’EcoLodge, soit un peu plus d’une vingtaine de bonnes pratiques, toutes argumentées avec les bénéfices clés qu’elles apporteraient à l’établissement, au développement local, aux visiteurs, et à l’environnement ! (à voir sur le slideshare Hopineo). Ceci n’aurait pas été possible sans la contribution des divers Ambassadeurs Hopineo qui collectent les bonnes pratiques à travers le monde !

Elle en a aussi profité pour transmettre au staff des recettes de produits d’entretien ménagers 100% naturels à fabriquer soi-même (économique ET écologique –ou juste logique, finalement). A consulter ici !

Enfin, surprise du chef, Justine a aussi rédigé une trame pour la mise en place d’un livret d’accueil à destination des clients, présentant l’histoire du lieu, son environnement, ses us et coutumes ainsi que ceux du village, les activités à faire, etc.

De mon côté, je me suis concentré sur le montage des vidéos que vous avez pu découvrir ci-dessus.

Au terme du HopTrip, nos hôtes étaient ravis ! Nous aussi !! 🙂

[us_gallery ids= »17650,17653″ columns= »2″]

Robert Coudray, personnage inspirant résidant du côté de la Bretagne, nous dit : « Ce n’est pas en faisant des efforts qu’on change le monde. C’est en étant à sa place. » Nous sommes en phase.

[Découvrez l’histoire non moins inspirante de Robert Coudray avec l’épisode 6 de nos amis de Side Ways, En Quête d’Un Autre Monde : http://side-ways.net/episode6/]

Notre trop court séjour dans l’ouest du Ghana s’est terminé au domicile de Ketty et Akwasi, dans une ambiance plus familiale, très familière et agréable, où nous avons pu évoquer les suites de nos chemins respectifs et rêver de quelques pages que nous pourrions en écrire ensemble… A suivre !

Catégories

Derniers articles

Je réserve !

Menu